J. O ? Journal Officiel !

C’est dans le J. O n° 30 du 23/07/86 que figure le compte-rendu de l’Assemblée Générale constitutive du 19/06/86.

Les 14 personnes présentes ( Mmes Tanton, Léonard, Chafer, Schmitt et M Libert, Mathot, Lisch, Rimbeau, Tanton, Daval, Chafer, Helder, Brodier et Jacques)  ont préalablement échangé longuement pour choisir un nom pour la nouvelle association :

Les Arminiaux , Faire vivre Saint-Etienne , les Amis de Servus ? Entre Rouvres et Sonru ? les Compagnons de Saint-Etienne ? les Compères de Saint-Etienne ?

 « Et le vainqueur est » : Les Compagnons de Saint-Etienne !  

Puis vint le moment de constituer le bureau :

Président d’honneur : J Helder

Présidente : G Chafer

Vice-président : C Tanton

 Secrétaire : J Jacques

Trésorier : G Chafer

M Méhaut (Remilly les P) et G Caffet rejoindront les membres de l’association.

 Afin d’alimenter la caisse, en vue de prochains travaux dans l’église, la toute jeune association décide d’organiser un bal « vitamines »  avec boissons sans alcool et une première bourse « multi-collections » dans la salle des fêtes du village.

Ce premier bal s’est déroulé le 15/11/1987. Seuls des jus de fruits, des cocktails à base  de fruits et légumes et divers sodas  et eaux à bulles y seront vendus !
Certes, le bénéfice d’une telle soirée aurait été plus conséquent en approvisionnant vins et canettes de bière. Mais telle n’était pas la « philosophie » des Compagnons !

 

Le 1er février, ce fut à la 1ère Bourse d’échanges (sauf armes) d’innover au village.

18 autres bourses, organisées par les mêmes Compagnons, succéderont à cette première tentative réussie. Une grande rétrospective des étiquettes de fromages ardennais fut présentée au public de collectionneurs et de visiteurs curieux.

Le 28 mars, une soirée « cabaret », avec prestidigitateurs et autres gens du spectacle, permit de rassembler connaissances et amis autour d’un même objectif : se divertir et parvenir à alourdir un peu plus la caisse de l’association.

Des sous ? Beaucoup de sous ?    Mais pour en faire quoi ?

Lors d’un conseil municipal de décembre 86, Monsieur le Maire avait communiqué le montant des premiers travaux de restauration à effectuer avant toute utilisation des lieux : 72 000 francs !

Mais le monument, partiellement classé « historique » et partiellement « inscrit » à l’inventaire, permettait à la commune, propriétaire, d’obtenir  des subventions conséquentes. Toujours est-il que 35 000 francs restaient à régler ! Par convention signée avec la commune, l’association s’est alors engagée à financer ces 35 000 francs, remboursés à Rouvroy sur 3 ans ! (eh oui ! l’euro n’existait pas encore !)

Une autre convention fut signée ce même soir, concernant l’utilisation de l’édifice. Tacitement reconductible, cette convention est toujours en vigueur !

 

                                                                Retour mémoires d'Etiennette