Août 2010

 

 

 

 

La Nuit de la Chouette ? Ca vous dit quelque chose ?

C’est une invention des humains qui, réveillonnant une nuit en dehors de leur habitat, tentent de nous entendre (pourquoi pas ! ) et de nous apercevoir ! Ainsi, pensent-ils, la connaissance et l’apprentissage du respect permettront l’enterrement définitif de la hache de guerre entre eux et nous, les oiseaux nocturnes à la réputation si maléfique.

A la Nuit de la Chouette, je préfère la Nuit des Chouettes, celle qui nous rassemble entre congénères au plumage identique, par une belle nuit d'août. Cela nous demande réflexion et  préparatifs de longue date. Donc, nous réunissons notre Comité des Fêtes, celui qui rassemble exclusivement des bénévoles de bonne volonté. Rien à voir avec une commission d’élus, avec droits, devoirs, comptes à rendre  et bonne volonté, eux aussi, bien sûr !

 

Toutes perchées sur les branches les plus hautes du grand hêtre de l’Allée des Fraîcheurs ( vous savez, sur le Sentier de la Boulette, que vous avez certainement pratiqué pendant les chaudes heures de juillet), notre groupe  « chuinte » de choses et d’autres. Vous dites « bavarder », nous disons « cancaner », vous dites « casser du sucre sur le dos », nous disons « plumer la tête et le cou » !

« Z’avez-vu ? cette année, plus une rose trémière digne de ce nom autour de l’édifice ! Un passage de fil et « hop ! », plus d’herbe, plus de plantes ! Tout est raccourci à 3cm du sol pour faire propre. C’est à croire que les humains n’aiment guère les fleurs ou ….qu’ils en ont assez de tourner autour ! Et pourtant, il y en a partout dans le village, même en l’air !

 

Revenons à nos chuintements : notre Nuit des Chouettes, c’est un peu le week-end « patrimoine » des humains. Cette année, nationalement, ils doivent mettre en avant un personnage important, une sorte de vedette locale.  Je pourrais leur faire des propositions dans mon quartier :

Celui ou celle qui, mine de rien, a déposé le plus de bouteilles vides au pied du conteneur, à la nuit tombée.

 Celui ou celle qui, confondant les rues de Rouvroy et les pistes d’essai de Michelin, essaie de battre ses propres records.

Celui ou celle qui partage avec les poissons de la rivière, la saleté de son véhicule, le parfum et la mousse du produit de nettoyage.

Celui ou celle qui  ne manque aucune occasion pour critiquer et médire sur ce que font les autres, en toutes circonstances,  mais sans jamais participer, donner un coup de main, ou dire simplement : « bonjour ! ».

Celui ou celle qui démarre systématiquement sa tondeuse le mauvais jour, à la mauvaise  heure (il faut dire que dans notre région humide, les jardiniers n'ont pas toujours le choix !).

Celui ou celle qui ne rentre pas sa poubelle juste après le passage du camion, tout simplement parce qu’il est au boulot.

C’est très curieux : les humains ont inventé des lois et des règlements pour mieux vivre ensemble. Il y en a toujours quelques uns qui pensent ne pas être concernés et dérangent la vie de tous les autres ! Certes, ces récalcitrants ont besoin d’être rappelés à l’ordre, individuellement, car tous les autres, ceux qui font des efforts au quotidien, n’ont pas besoin qu’on leur renouvelle, dans le journal communal, les règles élémentaires de la communauté.

Nous, le Comité des Chouettes de Thiérache Ardennaise, décidons de ne pas nous faire entendre après 24h, de crotter et  « vomir » en extérieur le plus souvent possible, de partager les souris avec vos matous, de nous faire discrètes sur vos toits, à l’écoute de « Plus belle la vie ».

 

Etiennette

 

 

    Episode précédent                                      Episode suivant