juillet 2010

 

 

 

 

Etiennette : le retour !

 

Bonjour, me revoilà ! On n’arrête pas le progrès : des meurtrières de l’église, je plonge à travers la « toile » …et vous retrouve sur l’écran de votre ordinateur ! D’accord, il vous faut le login et un mot de passe pour me rencontrer mais, si Ali Baba avait à crier « Sésame ! Ouvre-toi », vous, vous n’avez qu’à pianoter tranquillement, à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit.

Evidemment, je suis sensée préférer la nuit mais les humains que vous êtes perturbent parfois mon rythme « dodo-casse-croûte-dodo » par leurs activités diurnes : Un beau matin de mai, Ils sont arrivés, avec leurs plumes, leurs tentes, leurs chants et leurs danses. Aux abris ! Vite ! De nombreux visages pâles(dans un premier temps !) et motorisés approchent de tous côtés ! La guerre serait-elle déclarée ? Eh non ! Juste un week-end « country » ! Ouf ! J’ai eu peur pour mes propres plumes !

Récemment, trois autres régiments d’une même armée ont colonisé ma nef personnelle pendant toute une journée. Perchée sur une poutre, dissimulée par une grosse pierre, j’ai observé les élèves de Rouvroy découvrir sur l’écran les yeux des animaux en grand format. Ils auraient peut-être aimé que je leur montre les miens mais j’avais alors d’autres préoccupations :   un humain équipé d'une lampe frontale, d'un sac à dos, de crayons et de sachets faisait l'inventaire des crottes des chauve-souris, dans la tour-porche dans la nef, ..."Oreillards roux et pipistrelles" a t-il dit. Mon petit déj' quoi ! Puis il est reparti, en emportant ossements,crottes, ailes de papillon et photographies. Il est vrai qu'à la tombée de la nuit, les chauve-souris aiment sortir de leur sommeil, comme moi, pour chasser et se nourrir, comme moi ! Mais si elles dévorent les insectes nocturnes ou les papillons au repos, moi, je n'ai qu'à guetter leur réveil, leur envol, à les immobiliser dans mes serres et à ...avaler tout rond pour ne rejeter par le bec que leurs os! Quant aux nombreuses ailes de papillon qui jonchent le sol de l'église, il s'agit des vestiges des repas des chauve-souris !

1600 ! C'est le nombre de pattes humaines qui ont foulé le sol de ma demeure en l'espace de 2 semaines, pendant le 8ème Festival de la photographie ! Quel rythme ! Il faut vous dire que la décoration des murs valait le déplacement ! Que de photos ! J'ai pu "voyager"aussi pendant les projections, à moindre frais alors que les villageois se sont à peine déplacés ! Savent-ils seulement pourquoi ils boudent une manifestation de qualité, gratuite, accessible à tous mais qui intéresse d'avantage les visiteurs de l'extérieur ! Ces derniers,occupés à bavarder en buvant un verre de cidre, en fin de soirée, ne s'apercevaient même pas de mon envol vers mes terrains de chasse favoris, à la lumière des projecteurs extérieurs.

Et puis, le 12 juin, le calme est revenu .....enfin, c'est ce que j'ai cru ! Car, vers 15h, le Compagnon Jean est arrivé, échelle sous le bras. Cherchait-il les chauve-souris lui aussi ? Voulait-il faire ses extensions lombaires ? Accrocher son portrait au mur, imiter Tarzan ? ...non ! juste décrocher tout seul les volets installés avant l'expo ! Et VLAN !  Perte de connaissance ! Ambulances à gogo, grosse frayeur, Charleville, Reims, ...et retour à Rouvroy récemment !

bilan : Crâne fracturé mais en cours de consolidation. Tarz'Jean va mieux ! 

Pour aujourd'hui, ce sera tout ! Il fait trop chaud, mon "ordi" intégré transpire sous les plumes.

Je vous salue donc et vous invite à nous retrouver ici même, dans quelques semaines. 

                                                                        Etiennette

 

      Episode précédent                             Episode suivant