« Sésame, ouvre-toi ! »

 

Voilà des mois et des mois que je ne chuinte plus en ce site….. Mais j’y réside encore, entre deux virées en d’autres contrées plus exotiques (quoique…ici….l’exotisme n’est parfois pas très loin !)

Soyons francs ! Telle ma célèbre ancêtre Etiennette, j’adorais le joyeux remue-ménage occasionné par la présence des humains. Certes, mes petits, plus curieux encore que leur mère, se manifestaient parfois dangereusement lors des déambulations bruyantes des visiteurs dans la nef, plus calmes dans la tour. L’étroitesse de l’escalier à vis et l’irrégularité des marches ralentissent efficacement les jambes et calment les langues humaines dans l’ascension et plus encore lors de la descente.

Mais, depuis plus d’un an : RIEN !

Certes, tout près de là, il se passe des choses : alors que des moutons batifolaient dans le petit pré voisin devenu parking, ce sont des vignes qui développent leurs sarments et grappes de raisin, sous l’œil attendri d’un villageois de la rue, parfois aidé dans ses activités viticoles, par un groupe de potes. Et là encore, moi, Georgette, l’actuelle chouette du clocher, je m’interpelle. Je pensais que : la vigne produit du raisin ……qui donne du jus….. qui devient du vin…..que les humains dégustent ! Et pourtant, pendant l’année 2015, alors que la vigne laissait espérer de belles grappes pour l’automne, il m’a semblé que les néo-viticulteurs au travail ne manquaient pas une occasion de tester joyeusement le vin…. avant les vendanges !

Toujours est-il que moi, j’ai été privée, cette année encore, de photos et de diaporamas. Plus de projections sur mes murs ! Plus de voyages à travers le monde sans bouger de ma poutre !

Plus de Compagnons, plus de visiteurs ou si peu !  Les rares discussions entendues dans l’édifice cet été tournaient autour des dangers potentiels à s’y promener, de travaux à entreprendre, de devis à réaliser, bref, de gros sous à trouver !

OK, il est vrai que ma superbe demeure a besoin d’un « contrôle technique » mais en quoi cela empêchait-il les Compagnons de « tourner autour », pas du pot mais de l’édifice, et d’y organiser des manifestations sympathiques d’une ou deux journées au pied de l’édifice et, comme les années précédentes, chez les villageois ? Les Compagnons n’auraient-ils plus d’idées, de volonté, de bras solides et multiples, de « chef d’orchestre » motivé et présent ?

Pendant ce temps, à quelques centaines de mètres, s’élève un bâtiment de béton, pierre et bois, bientôt prêt à accueillir les bébés humains pendant que leurs parents travaillent. Les veinards, ces bébés ! Ils pourront se faire des sourires, des bisous baveux, se « crêper le chignon », se piquer les jouets, …. 

Alors que mes petits à naître n’auront, comme seule animation et distraction unique, que le déplacement discret de quelques araignées, le survol d’une chauve-souris, le tout dans une pénombre bien tristounette !

A moins que…. Et si…. ?

 Rêvons un peu….. beaucoup….. de prochains travaux qui seraient une source d’animation passagère avant la reprise des manifestations culturelles auxquelles ces 29 dernières années nous avaient habituées, nous, les Chouettes du Clocher !  



                  Episode précédent                                                                                Episode suivant