RCE, la radio qu’il vous faut !

 

Radio Chouette Effraie est en plein « boum » : Alors que les 15 médailles, obtenues aux JO, atterrissent  sur le sol français, des câbles tout neufs sont pendus de long en large, le long des murs de la rue de l’enclos. Quel rapport direz-vous ?

Aucun ! Si ce n’est que mes congénères et moi-même avons apprécié ces nouveaux perchoirs pour nos exercices physiques, entre 0h et 4h du matin, en écoutant notre radio perso !

Il est vrai qu’en période pré-électorale ( Souvenez-vous ….le renouvellement du M.A.I.R.E), nous échangeons beaucoup, souvent, avec tous et non en catimini, discutant du programme, du  rôle des futurs élus, des projets prioritaires, … Les idées ne manquent pas et il est hors de question de laisser faire les élus sans les avoir préalablement informés de nos besoins, de nos attentes ! Voter, ce n’est pas offrir un chèque signé en blanc, sans savoir ce qui en sera fait ! Et nos centres d’intérêt sont nombreux quand on sait que les 3 grands dangers qui guettent les chouettes sont : les collisions avec les voitures, la dégradation de nos terrains de chasse et la disparition progressive des vieilles granges et des clochers accessibles, nos lieux de nidification préférés.

Vous comprenez pourquoi nous suivons de près la réalisation du « Y » ardennais, dont mon arrière-arrière-arrière grand-mère parlait déjà, il y a bien longtemps !  Alors que nous en étudiions le tracé pour savoir où survoler sans danger de collision, les engins se sont tus ! Plus personne ou presque !

Les ponts attendent les routes.

Les routes attendent le bitume.

Les engins attendent la fin de l’hiver, peut-être,

Et les Ardennais attendent une explication et de nouveaux délais !

Quant aux effraies, elles constatent que bon nombre de leurs terrains de chasse, du bord de l’Audry aux bosquets sur les collines, ont été défoncés, envahis, décapés et ….vidés de leurs réserves vivantes de protéines !

« Nous n’irons plus au bois, les arbres sont coupés.

 Le tracteur que voilà ira les ramasser !..... »

 

Alors, RCE a lancé sur ses ondes de nouveaux feuilletons, à écouter sans modération, dont voici quelques titres : « Plus belle la route » ou la construction du Y ardennais en 50 épisodes (un par année depuis qu’on en parle), « Plus propre, l’eau des poissons » ou : l’assainissement de Rouvroy sur Audry (nombre d’épisodes à ce jour indéterminé),

« Où et comment construire la Salle des Fêtes du village » (épisodes à rebondissements, à cheval sur deux siècles, le 20ème et le 21ème).

Passionnant !

Revenons  à notre perchoir : Donc, nous échangeons dans le style « Des chiffres et des lettres » pour établir des bilans. Puis c’est « Questions pour un champion » afin de mettre en évidence les qualités de chacun. Viendront ensuite les recettes proposées par les uns et les autres et c’est « Top chef » afin « que le meilleur gagne », comme à Sotchi. C’est pourquoi la même interrogation s’impose à chaque réunion : « Qui veut gagner des millions ? »  Et là, toutes les ailes verticalement levées, nous chuintons en cœur : « Tout le monde veut prendre sa place ! »

Pas de panique, les élections passées, les 3 médaillés en chef, installés sur leur nouveau perchoir pour plusieurs années, l’animation nocturne « retombera », se limitant aux rencontres amoureuses et à la restauration de nos organismes. Seuls quelques chuintements intempestifs retentiront de temps à autre, histoire de rappeler aux médaillés les contraintes acceptées de leurs nouvelles fonctions. Ainsi ils se souviendront que tous les projets et études des commissions ont vocation à être étudiés puis, peut-être, modifiés lors de délibérations de tous les élus, avant d’être votés. Bref, l’avis d’une commission n’est que consultatif.

RCE suit aussi l’actualité des humains et s’en inspire :

Alors que le Salon de l’Agriculture bat son plein, concentrant en ville veaux, vaches, cochons, couvées, ….notre radio chuintée prépare activement, dans la campagne thiérachienne, le Printemps des Poètes, et ce, pendant toute la période électorale. Nous sommes invités par les ondes à n’employer que des mots sympathiques, de ceux qui vous font lever de la bonne patte, le soir. De ces mots qui vous font fendre le bec d’un large sourire à chaque rencontre de rapace nocturne. Que des petits noms de fleurs !

Par exemple, « espèce de C » deviendrait « variété de capucine »

« bande de C » ?  « bouquet de colchiques »

« fils de P » ?  «  fleur de pétunia »   

Bref, on s’interdira toute grossièreté, toute insulte, ne serait-ce que pendant quelques semaines, en utilisant à gogo les noms de fleurs et pas les « petits noms d’oiseaux ».

 Essayez, vous aussi ! Et fleurissez le mois de mars et la  « campagne » de toute la poésie dont vous êtes capables !

                                                               Geogeo

 

 

 

Episode précédent                                       Episode suivant