Août, le mois des vacances !

Oui, mais pas pour tous ! Si certains ne peuvent pas partir, d’autres ne le souhaitent pas et …. font même de la résistance en bouchant leurs « écoutilles ». Puis ils s’étendent sur place afin de prendre un peu de repos bien mérité. Je parle des grosses boites de tri, la gélule bleue et la gélule verte, près de l’ancienne fromagerie. Elles sont fidèles au poste, douze mois sur douze, nuit et jour, bourrées de bouteilles (vides, elles ! ), parfois vomissantes, souvent entourées de vestiges festifs déposés par des humains peu regardants.

                         

 

 Quel dévouement ! Et pas un bipède sympa pour installer un joli géranium dans le pot coincé dans l’orifice !

D’ailleurs, l’autre boite, celle qui persiste et signe en position verticale, affiche le programme de l’été : Buvez moins ou respectez les horaires !

 

 

                                           

Un peu plus loin, en survolant attentivement les espaces verts éventuellement fréquentés par un souriceau imprudent, j’ai découvert d’étranges traces. On aurait dit ….des empreintes de kangourou géant, de tentatives de ski sur herbe qui n’aurait pas survécu … ? C’est alors que je vis un banc, sagement arrêté tout près de là, les pattes embourbées de béton. Aurait-il tenté une transhumance à travers la pelouse pour rejoindre un confrère ( ou une consoeur ? ) A moins que quelques humains aient trouvé intelligent de l’arracher à son emplacement habituel, un soir bien arrosé ? Si vous avez la réponse, soyez sympas, transmettez-la moi !

            

D’arrosage il fut question la nuit dernière, c’est à dire dimanche soir. Des gouttes énormes ont percuté violemment et soudainement mon joli plumage et m’ont contrainte à stopper ma quête de nourriture . Je me perchai alors à proximité de l’ancienne école, le bec dans le cou, les ailes plaquées contre mon corps, mes serres accrochées à la gouttière et j’attendis …. Une voiture se fit entendre et stoppa sur la place, les warnings allumés, certainement pour mieux y  voir ou … que je la voie ? Quelques éclairs ! Et là, au milieu du déluge, une vache ! Partait-elle en vacances, sans parapluie, sans GPS ? Toujours est-il qu’elle avait plutôt l’air apeuré.

 C’est alors que j’ai reconnu non loin de là, la reporter de « ServionMatch », son appareil photo et son chauffeur attitré qui, bravant les éléments, immortalisait la touriste à 4 pattes et  l’invitait à stationner ailleurs, car peu repérable sans son gilet fluo.

                                       

Quant à moi, j’ai profité de l’occasion qui m’était offerte de récupérer, à la sortie des tuyaux flottant dans l’eau de pluie, les rongeurs qui s’y étaient réfugiés.

 

 

                        Vive l’été et les vacances et à bientôt !               

 

                                           Votre geogeo !                             

 

    Episode précédent                                                          Episode suivant