Bizarre, vous avez dit bizarre …. !

 

Il y a quelques semaines, de bon matin,  alors que je m’endormais paisiblement près de la bretèche, dans la tour-porche, je fus réveillée par des bruits étranges. Des humains, outillés et décidés, arrachaient, piochaient, entassaient puis emportaient les végétaux enracinés de longue date près de l’église. Inquiète je fus aussitôt ! Et s’ils démontaient ma demeure, histoire de faire place nette et d’y construire …une crèche, une salle des fêtes, une maison de retraite ou …une simple salle de réunion ? Je me mis à trembler, moi, Georgette !

 Effrayée, l’effraie ! Un comble !

 

 

 

        Bizarre de chez Bizarre !

Récemment, ils sont revenus, armés de bâtons qu’ils ont enfoncés dans un alignement parfait.

Alors là, j’ai tout compris : ces braves bipèdes savaient ! Ils voulaient nous aider à préparer notre grande fête annuelle : la RRDTA (Regroupement des Rapaces de Thiérache Ardennaise)… un peu  comme si votre Comcom   vous invitait, une fois par an, à vous retrouver dans un des villages qu’elle englobe, pour discuter, vous amuser, mettre en place des projets divers, voire culturels, ….

Bref, une façon conviviale de répondre aux questions et  attentes des villageois. Je dis « villageois », c'est-à-dire ceux qui habitent, aiment et « font » leur village. Rien de péjoratif en soi. Par contre, un « habitant », ça « habite », là ou ailleurs !

 Donc, moi, villageoise du clocher et fière de l’être, j’y ai cru : les sympathiques bipèdes ont planté un champ de perchoirs pour la RRDTA !

J’ai aussitôt prévenu mes congénères, les chouettes du quartier, qui ont informé celles du village qui ont prévenu celles de la Comcom et, en toute discrétion, nous avons testé les piquets, par une nuit noire et pluvieuse d’avril où pas un chat ne mit le nez dehors. On se serait cru à l’Assemblée Nationale (la vôtre), mais en plus calme et plus aérée. Parfait ! Il ne restait plus qu’à attendre la troisième semaine de juin, quand nos journées de labeur sont les plus courtes et les vôtres les plus longues !

 

      Prendre des vessies pour des lanternes ou des piquets de vigne pour des perchoirs !

Ils sont revenus ! Avec leurs petits, avec des outils, et ont apporté des bâtonnets qu’ils ont plantés au pied de nos perchoirs ! Et ça piaillait de partout ! Pas moyen de fermer l’œil ! Il faut dire que je n’y comprenais plus rien. Alors, j’ai écouté : « …..pinot noir, …..chardonnay, …. » ? Je connais le chardonneret et le moineau à tête noire ….OK, mais quel rapport avec les bâtonnets ?

 Des petits perchoirs, rien que pour eux ? …. 

 « vigne……raisin…..vin…. » ?

 OK, j’y suis ! Voilà donc les Vignerons de Servion !

 De perchoirs il n’y a pas mais du raisin, il y en aura, un jour, peut-être ?

 

     Episode précédent                                                                       Episode suivant